Journée nationale de commémoration pour les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées

Cette journée se veut une journée mémoire en l’honneur des femmes et des filles autochtones disparues. Elle veut rappeler l’enjeu majeur de la violence exercée à l’égard des femmes autochtones et la nécessité d’agir rapidement sur les nombreux appels à la justice notamment signalés par l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ENFFADA).

Le rapport de cette enquête mentionnait également que les femmes autochtones étaient 25 % plus à risque d’être victimes d’un homicide que les autres Canadiennes. Plusieurs organismes militent en faveur de la défense des droits des Autochtones, dont le Foyer pour femmes autochtones de Montréal, Femmes autochtones du Québec inc., Cercles des femmes autochtones…

Des activités de commémoration sont planifiées au Québec et ailleurs au Canada pour « honorer la vie de ces personnes ».

Les organismes Femmes Autochtones du Québec — Quebec Native Women et le Musée des Abénakis lancent d’ailleurs une invitation à participer à une soirée de recueillement et de solidarité le 4 octobre, à Odanak. En plus de souligner la journée de sensibilisation, l’événement veut rappeler le massacre du major Rodgers le 4 octobre 1759 en vue d’éliminer la nation Wabanaki et célébrer la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation du 30 septembre. Il s’agit de trois événements majeurs pour les Premières Nations.

Source photo : Femmes Autochtones du Québec (Facebook)