Journée internationale des personnes âgées

Avec la pandémie et le lancement en 2020 de la Décennie du vieillissement en bonne santé (2020-2030), les Nations Unies souhaitent rappeler l’objectif # 3 des 17 objectifs de développement durable (ODD) « permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge. »

Outre la discussion entreprise avec des experts autour du bilan de la Stratégie et plan d’action mondiaux sur le vieillissement et la santé 2016-2020, l’ONU veut sensibiliser le monde entier sur le regard et la perception que nous entretenons sur les personnes âgées. Un propos ayant beaucoup de sens alors qu’on estime que le nombre de personnes âgées devrait plus que doubler au cours des trois prochaines décennies atteignant plus de 1,5 milliard de personnes en 2050.

Réflexion sur notre regard à l’endroit des personnes âgées

« Avant tout, c’est le regard que nous portons sur les personnes âgées qui doit se transformer. Être âgé n’est en soi ni un défaut ni une maladie ni un délit… Demain, je serai un peu plus vieux, et j’aurai peut-être besoin d’être « soutenu » à domicile et non « maintenu » à domicile. J’aurai besoin d’être « pris en considération », non pas « pris en charge » – je ne suis pas une charge ! J’aurai besoin que l’on « veille » sur moi, pas que l’on me « surveille » …

« Ça n’a l’air de rien, mais ces mots parlent bien du nécessaire changement de regard qu’il faut opérer sur la vieillesse. C’est à cette condition que les personnes âgées pourront être considérées non comme des objets de soin, mais comme des sujets de droit. Rencontrant des difficultés et des problèmes, mais restant jusqu’au terme de leur existence hommes et femmes. Citoyens à part entière. »

– Michel Billé, sociologue. Journal Le Monde – 02/08/2020