Les petits plaisirs de la culture urbaine à la Maison Jésus-Marie

Retour aux Nouvelles

Après le potager urbain mis en place depuis quelques années déjà, on retrouve désormais la culture des petits fruits en pots. Sur l’initiative de Sr Hélène Harvey, la mise en pots de trois variétés de framboisiers et de plants de bleuets s’est effectuée voilà quelques semaines. Si la tendance se maintient, les résidentes de la Maison Jésus-Marie pourront savourer les framboises et les bleuets sur le pied au cours de l’été.

Sr Hélène Harvey à l’œuvre pour transplanter les plants de framboises et de bleuets dans les pots.

 

Sr Aline Hébert constate avec plaisir la progression des bleuets. Une bonne récolte s’annonce…

« Mon objectif est de donner la chance aux sœurs de déguster ces petits fruits savoureux en allant se promener à l’extérieur », mentionne avec enthousiasme l’instigatrice de ce volet qui s’intègre bien à l’approche déjà mise en place d’une culture urbaine. On favorise ainsi une autre forme de lien avec la nature et on ajoute une touche spéciale à l’environnement immédiat des sœurs. Voir les petits fruits se former et atteindre la maturité voulue avant de les cueillir est aussi stimulant et cultive la patience…

Il en est de même d’ailleurs avec le potager urbain entretenu depuis quelques années par Sr Léa Dulude et Sr Lise Bernier. Même si cette dernière a remisé son tablier d’horticultrice cette année, Sr Léa a entrepris de faire de nouvelles expériences.

Du nouveau aussi au potager

Elle a intégré les betteraves, le panais, la rhubarbe et les cerises de terre à son éventail de cultures. Cela s’ajoute aux fines herbes variées, aux concombres, carottes, radis et tomates. Encore une fois, Sr Léa a réalisé ses semis de plants de tomates et de quelques autres légumes dans sa chambre et dans un autre lieu de la MJM en vue de la nouvelle saison.

« Sauf pour les petits visiteurs, c’est un bonheur pour moi de jardiner. C’est d’émerveillement en émerveillement chaque jour que je réalise comment la terre nous offre à profusion ses produits de toutes sortes. MERCI au grand Jardinier », proclame Sr Léa.

L’apport du frère de Sr Hélène, venu en renfort pour ameublir la terre de son potager avec un rotoculteur, a donné un solide coup de pouce. « Le sol est vraiment plus facile à travailler. Cela va aider aussi au rendement », mentionne Sr Léa qui respecte les principes d’agriculture en variant le lieu de ses cultures d’une année à l’autre.

Outre l’espace au sol, on retrouve aussi trois bacs, installés au début de la pandémie. Sr Léa y fait pousser la sarriette, le basilic, l’estragon, le persil italien et frisé, les carottes et en nouveauté, le panais!

En parallèle aux soins donnés au potager et aux fleurs en corbeilles sans oublier, l’aménagement autour de la statue de Marie, Sr Léa fait du compost artisanal. Elle récupère tous les petits morceaux d’écorces de fruits et autres légumes, coupés par quelques sœurs de la résidence au quotidien avant de les enfouir à un endroit propice où ils se décomposent rapidement. « C’est une autre belle démonstration des forces de la nature », souligne Sr Léa, issue d’une famille d’agriculteurs.

Alors qu’elle se promène régulièrement dans le potager, Sr Léa vit à chaque fois un petit retour aux sources. Elle se rappelle les habitudes de son père qui aimait aller « voir comment poussent les légumes ». S’il n’y avait pas les attaques incessantes de petits visiteurs pour détruire ses plants cette année, son bonheur serait parfait!

Reportage photos : Sr Hélène Harvey