En souvenir

Sœur Thérèse Lemay

"Mon âme a soif de toi, mon Dieu" ( Ps 62)

Le 21 juillet 2019, sœur Thérèse Lemay,
en religion M.-Jean-Arthur,
est entrée à la maison du Père.

Elle avait 102 ans dont 75 de profession religieuse.
Née à Valleyfield, Québec,
elle était la 6e des 8 enfants
d'Arthur Lemay et d'Ovéline Lapierre.

Thérèse grandit dans un milieu foncièrement chrétien: messe quotidienne, prière du soir, chapelet en famille, table accueillante où les prêtres de la paroisse et du séminaire viennent souvent. Thérèse a une enfance heureuse; elle aime s'occuper des autres. "Je ramassais tous les enfants misérables des alentours et consacrais mes journées de vacances à les amuser. Les jours de pluie, j'amenais mes petits amis à la maison. Maman était admirable de patience."

Après avoir fréquenté l'école paroissiale de Bellerive, dirigée par les Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie, Thérèse est pensionnaire à l'École Normale de Valleyfield. Suivent 2 années d'enseignement avec les SNJM.

La question de sa vocation travaille Thérèse: "Je me sens attirée, très jeune vers la vie religieuse, mais tiraillée par le choix de la communauté. J'aime les SNJM, j'aime les Clarisses de Bellerive, que je fréquente souvent. Où donc aller?" Après une retraite de discernement, elle entre chez les Dominicaines à Berthier, communauté de vie contemplative. Mais l'apostolat auprès des jeunes lui manque. Et c'est ainsi que le 26 octobre 1941, elle passe directement du monastère à la maison mère des SNJM, d'un noviciat à l'autre. À sa profession religieuse, elle a 27 ans et porte le nom de sœur M.-Jean-Arthur.

La nouvelle professe retrouve l'enseignement aux écoles Cherrier et Delorimier, puis à St-Timothée. La fragilité de sa gorge oblige à un changement de mission après 5 ans. Elle est nommée maîtresse de discipline, en charge des élèves pensionnaires âgées de 6 ans à 16 ans, à St-Chrysostome, St-Louis-de-Gonzague, St-Roch-de-l'Achigan. Onze ans plus tard, sœur Jean-Arthur revient à l'enseignement, puis est nommée supérieure et directrice à St-Bruno : une expérience de 6 années. et Sœur Thérèse est prête alors pour une nouvelle orientation qui la rejoint profondément. Mandatée par l'Évêque de St-Jean-Longueuil, elle devient agente de pastorale paroissiale, innovation postconciliaire, d'abord à St-Bruno puis responsable des paroisses St-Josaphat et St-Jude. "Ces 14 années de pastorale ont été les plus merveilleuses de toute ma vie. J'en rends grâce à Dieu." (Note écrite par sœur Thérèse à 92 ans.) C'est pendant ces années que sœur Thérèse, déléguée par la paroisse, a amené 6 jeunes de 18 ans au Cameroun à Minta, petit village de brousse jumelé à St-Bruno, pour une vérification du travail accompli.

Tout en rendant des services communautaires comme supérieure locale, adjointe à la supérieure provinciale, sœur Thérèse poursuit son engagement en paroisse: catéchèse, marguillère, pastorale des malades. Ses 20 dernières années sont vécues à la résidence Ste-Émélie, puis à la Maison Jésus-Marie. Femme heureuse, sœur Thérèse y apporte sa qualité de présence fraternelle, son esprit d'équipe, sa profondeur contemplative.
 
La fécondité de la longue vie de sœur Thérèse invite à l'action de grâce.

Sœur Monique Ducharme

"Tu as du prix à mes yeux et je t'aime" (Is. 43, 4)

Le 8 juillet 2019, sœur Monique Ducharme,
en religion M.-Adélard-André,
est entrée à la maison du Père.

Elle avait 90 ans dont 69 de profession religieuse.
Née à St-Jean-de-Matha, Québec,
elle était la 7e des 14 enfants
d'Adélard Ducharme et de M.-Louise Archambault.

Monique grandit dans une famille très unie et joyeuse. Ils habitaient le village. "Nous allions à la messe presque tous les matins". Monique fréquente l'école et le couvent du village sous la direction des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie. Elle aime l'étude et réussit bien. On profite de la belle nature montagneuse, pour de longues marches en été, pour le ski, la traîne sauvage en hiver. À  la maison, elle s'occupe peu des plus jeunes; elle aime surtout lire, étudier. Elle poursuit ses études comme pensionnaire à l'école normale de Joliette, avec les CND (Congrégation Notre-Dame). La vie religieuse l'attire. Déjà, en 3e année primaire, elle avait confié à son professeur, sœur  Paul-Marcel (Juliette Masson), son désir et depuis, "je demandais cette grâce au Seigneur à chacune de mes communions".

Monique vient d'avoir 19 ans lorsqu'elle commence son noviciat chez les SNJM. "Je suis entrée pour Jésus, avec l'intention de rester, et je voulais tout faire de mon mieux. Je me sentais bien avec lui." Tout en enseignant au cours primaire, sœur M.-Adélard-André, poursuit ses études. Munie d'une licence en pédagogie elle enseigne aux écoles normales de Disraéli et de St-Lambert. Après une spécialisation en Sciences religieuses et en pastorale, elle est nommée animatrice en pastorale scolaire à Gérard-Filion, tout en résidant au Pensionnat de St-Lambert. Sœur Monique totalise 20 ans auprès des jeunes à qui elle a donné le meilleur d'elle-même.

Lorsque le père Jacques Custeau, jésuite, est nommé au Gésu pour s'occuper des groupes de prière du Renouveau charismatique, il vient chercher sœur Monique, sachant qu'elle lui fera une excellente secrétaire, capable d'animer au besoin. C'est ainsi que pendant plus de 15 ans, avec grand dévouement, attention et compétence, elle est pour le père Custeau, comme il en a témoigné: "une collaboratrice extraordinaire, qui trouvait toujours des ressources nouvelles d'énergie, de créativité, d'inventivité". Pendant ces années, sœur Monique réside au Pensionnat d'Outremont  et à la Résidence Goyer.

Dans les années '90 elle revient aux services communautaires, comme animatrice locale à Marie-Rose-Durocher, bibliothécaire à la maison mère, animatrice du groupe Jésus-Marie, réceptionniste à Ste-Émélie. Arrivée à la maison Jésus-Marie, elle garde son habitude de longs temps de prière, de marches accélérées tout en trouvant moyen de rendre service à ses consoeurs. Une fracture de la hanche doublée d'un infarctus mettent fin à ses activités décroissantes. C'est l'heure de la rencontre face à face avec son Seigneur, Celui dont la Parole a été sa nourriture inlassable: "Toute la journée j'essaie de tourner ma pensée et mon cœur sur Jésus."

Autres articles récents dans la section En souvenir
Sœur Thérèse Lemay
Sœur Monique Ducharme
Sœur Louise Morin
Sœur Marie-Ange St-André
Sœur Noëlla Gagnon
Sœur Jeannine Cornellier
Sœur Claire Giroux
Sœur Gisèle Marcil
Sœur Gisèle Lalande
Soeur Mary Ellen Collins