En souvenir

Sœur Claire Montcalm

"Une lampe sur mes pas, ta Parole, une lumière sur ma route!" (Ps 119, 105)

Le 10 mars 2018, sœur Claire Montcalm,
en religion M.-Marcelle-Josèphe,
est entrée à la maison du Père.

Elle avait 101 ans dont 82 de profession religieuse.
Née à Montréal (Verdun),  Québec,
elle était la 3e des 7 enfants de
Joseph Montcalm et d'Adélina Laberge.

Peu après la naissance de Claire à Montréal, son père s'installe sur une ferme à St-Louis-de-Gonzague. Claire fréquente l'école du rang où enseigne sa cousine qu'elle aimait bien. Après sa 7e année, elle poursuit ses études comme pensionnaire au couvent de St-Louis-de-Gonzague dirigé par les Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie. Dès l'obtention de son diplôme supérieur, elle entre au noviciat des SNJM. Elle a 17 ans.

Jeune professe, sœur Marcelle-Josèphe enseigne, en sept ans, de la 1re à la 7e année du cours primaire. Puis, pendant 22 ans, elle est professeur d'art culinaire au niveau du cours secondaire de la 8e à la 12e année. Elle s'intéresse aux sciences naturelles, à la géographie, elle est responsable de Cercles de Jeunes naturalistes. Sœur Claire s'adapte facilement, elle aime les expériences nouvelles, très habile, elle sait tout faire. Elle aime apprendre et poursuit des études universitaires tout en enseignant. À 98 ans, elle confie: "J'ai tellement changé d'ouvrages et de places souvent!" De fait, elle a vécu dans vingt-huit des résidences de la communauté: c'est un vrai record!

Lorsqu'elle quitte l'enseignement, elle va vivre un an à Churchill, au Manitoba, elle en profite pour prendre ses vacances dans les Territoires du Nord-Ouest. De retour au Québec, après un an de ressourcement doctrinal, elle s'investit en paroisse, s'occupe de comptabilité, de la pastorale des sacrements, de la sacristie, travaille auprès des sidéens et des vieillards, visite des malades, cuisine pour des pasteurs de paroisse, est réceptionniste, rend des services communautaires divers.

"Femme très autonome, on la voit prendre les autobus pour aller partout où il y a du bien à faire et ce moyen de transport favorise les contacts car elle parle avec les gens qui lui racontent leur vécu. Partout, elle se fait des amis."

À 95 ans, elle se retire à la Maison Jésus-Marie. Beau temps, mauvais temps, elle demeure fidèle à sa marche quotidienne ; même la veille de sa mort, elle demandera à sortir pour prendre l'air, une infirmière l'accompagnera. Lorsqu'on lui parle de sa santé, elle réplique: "Je vais avoir 100 ans: est-ce que je peux me plaindre?!" Tout le monde sait pourtant qu’elle cultive des trucs-santé, par exemple les traitements à l'argile. Fidèle à elle-même, elle visite des compagnes alitées, elle garde contact avec d'anciennes élèves et, bien évidemment avec les nombreux membres de sa famille.  Bonne vivante, elle résume: "Là où il y avait des besoins, j'y allais. La vie n'a pas toujours été rose, mais j'ai vécu de belles choses".

Et c'est ainsi que sœur Claire, femme de disponibilité, est partie à 101 ans, habiter la demeure éternelle!

Sœur Gilberte Brien

"Chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits, c'est à moi que vous l'avez fait." (Mt 25, 40)

Le 8 mars 2018, sœur Gilberte Brien,
en religion M.-Élie-de-Carmel,
est entrée à la maison du Père.

Elle avait 94 ans dont 62 de profession religieuse.
Née à St-Roch-de-l'Achigan, elle était la 9e des 14 enfants
d'Azarie Brien et de Rose-de-Lima Poitras.

Des huit enfants nés avant Gilberte, il n'en restait que cinq au moment de sa naissance, les trois autres étant décédés très tôt. Gilberte a 7 ans au décès de son père âgé de 49 ans. Elle suit, au couvent de l'Épiphanie, chez les Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie, le cours de l'Institut qu’elle termine à 17 ans. Elle se consacre à l’enseignement puis travaille en comptabilité à la Caisse populaire. A 29 ans, elle envoie une demande pour devenir SNJM.

Dès novice missionnaire, sœur Élie-du-Carmel est nommée à Côteau-Station pour enseigner en 8e et 9e années. Après sa profession religieuse, elle a à Valleyfield, pendant 3 ans, une classe de 6e année au primaire. Elle revient à la maison mère pour 3 autres années de formation: juniorat et scolasticat. Lorsqu'elle retourne à l'enseignement, ce sera pour les classes de 8e, 9e années, de même qu’en 6e année avec l'enfance exceptionnelle, à Longueuil, Maskinongé, Beauharnois, St-Chrysostome et Montréal. Elle s'oriente finalement vers l'enseignement au cours primaire en français et en arts plastiques dans des écoles de la Commission scolaire de Montréal.

"Sœur Gilberte a enseigné durant vingt-sept ans, de la pré-maternelle au secondaire sans oublier les arts plastiques. Elle s'est donnée corps et âme à l'instruction et à l'éducation de la jeunesse avec dévouement, esprit d'initiative et créativité."

À 60 ans, sœur Gilberte entreprend un nouveau service comme aide au secrétariat provincial, elle s’y dévouera pendant 10 années. Avant d’être nommée à la résidence Ste-Émélie, elle faisait partie du groupe communautaire de la résidence Rouen, et cela depuis 19 ans. Pendant près de 20 ans, elle saura, dans cette nouvelle maison, se rendre utile en aidant à l'économat local et en rendant des services communautaires.

"Sœur Gilberte avait un français impeccable; souvent elle rendait le service de la vérification des textes, même d'une thèse de doctorat." "Habile de ses doigts, sœur Gilberte rendait de multiples services; combien de lavettes de vaisselle a-t-elle confectionnées?" "Elle a témoigné d'une vie laborieuse et engagée."

À regret, à 90 ans, sœur Gilberte doit accepter la nomination pour l'infirmerie de la Maison Jésus-Marie. Son tour est venu de recevoir des soins! Vaillante, elle aurait voulu servir encore.

Que le Seigneur soit béni pour la vie de sœur Gilberte teintée d'un sens apprécié de l'humour!

 

Autres articles récents dans la section En souvenir
Sœur Claire Montcalm
Sœur Gilberte Brien
Sœur Rollande Latour
Sœur Louise Rolland
Sœur Rita St-Onge
Sœur Gisèle Daoust
Sœur Pauline Labbé
Sœur Jeannine Dargis
Sœur Monique Longpré
Sœur Thérèse Laramée