Chez-nous

Fête des jubilaires 2017 : Vivre en enfants de lumière

C’est sous le thème évocateur « Vivre en enfants de lumière » que s’est tenue la fête annuelle des jubilaires SNJM, le 13 mai dernier, à la Maison Jésus-Marie. L’événement a rendu hommage aux 20 sœurs célébrant leurs 50, 60, 70, 75 et 80 années d’engagement au sein de la famille des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie (SNJM). Il a aussi permis de souligner les 25 années d’engagement de deux personnes associées.

L’animatrice provinciale, S. Denise Riel a d’abord accueilli les jubilaires. Puis, la célébration et l’animation dynamique, assumée par sœurs Lisette Boulé et Madeleine Marchand, ont donné le ton à cette journée festive.

L’utilisation de la symbolique de la lumière a fait revivre un retour dans le temps en comparant les divers moments de la lumière du jour aux différents âges de la vie religieuse :

 

  • La lumière de l’aube représentant l’enfance et l’appel
  • La lumière du midi : les années de profession et d’engagement
  • La lumière du crépuscule : temps de contemplation et d’action de grâce
  • La lumière malgré la nuit : confiance et soutien dans les difficultés de la vie
  • L’aube nouvelle : foi et espérance en une lumière qui ne s’éteindra jamais.

À ces éléments se sont ajoutées, une présentation visuelle bien appréciée, une remise de cadeaux aux jubilaires et la prise de photos officielles. Le tout s’est terminé dans la joie et la bonne humeur autour d’une collation.

Encore une fois, ce fut un événement très réussi. Félicitations aux membres du comité organisateur :  sœurs Claudette Bastien, Lisette Boulé, Jeanne Dagenais, Lise Gendron et Madeleine Marchand.

Photos reportage – Crédit photos Sr Gisèle Lalande et Sr Pat O’Neill

Félicitations aux jubilaires dont voici la liste complète :

Soeurs

80 ans de profession religieuse

Messier, Sr Juliette

 

75 ans de profession religieuse

Maheu, Sr Elisabeth

Thifault, Sr Jeannine

 

70 ans de profession religieuse

Brousseau, Sr Thérèse

Cadorette, Sr Thérèse

Côté, Sr Marie-Thérèse

Dessureault, Sr M.-Jeanne

Laramée, Sr Thérèse

Leroux, Sr Georgette

Rodrigue, Sr Candide

 

60 ans de profession religieuse

Beauchamp, Sr Marthe-Gisèle

Collin, Sr Micheline

Cossette, Sr Colette

Couillard, Sr Simone

Daoust, Sr Gisèle

Lanthier, Sr Françoise

Mercier, Sr Denise

Perras, Sr Simone

 

50 ans de profession religieuse

Bastien, Sr Claudette

Mongeon, Sr Lorraine

 

Personnes associées

25 ans d’engagement

Desrochers, Lauraine

Gleiman, Zora

Partir à la découverte des Petites Sœurs de l’Assomption avec S. Cécile Héon

Les résidantes de la Maison Jésus-Marie sont parties à la découverte d’une autre congrégation religieuse présente dans le diocèse Saint-Jean-Longueuil : les Petites Sœurs de l’Assomption (PSA). Sœur Céline Héon, psa, a en effet brossé un tableau fort complet de sa communauté, lors d’une rencontre-conférence, le 3 mai dernier.  

En partant des fondateurs, le Père Étienne Pernet et Antoinette Fage, la conférencière invitée a parlé avec éloquence du charisme de cette congrégation internationale axée sur les soins gratuits aux pauvres, aux petits et aux malades. La mission s’est adaptée au contexte culturel du temps ce qui a entraîné des actions auprès des familles, en faveur de la promotion des femmes, par l’animation et l’accompagnement de groupes et l’approfondissement de la foi, sans oublier les soins aux malades.

La congrégation des Petites Sœurs de l’Assomption (PSA), qui fait partie des cinq familles de l’Assomption, est actuellement active dans 20 pays et rejoint 22 nationalités différentes.

Des responsabilités multiples

Au cours de sa conférence, sœur Céline Héon, psa, a aussi parlé de sa feuille de route, jonchée de responsabilités. Cette native de Shawinigan a confirmé son engagement définitif de religieuse en 1967, à Paris. Bachelière ès Arts, Théologie pastorale et accompagnement spirituel, elle a développé ses compétences qui l’ont amené à assumer de nombreuses tâches de responsabilités, au fil des années.

De maîtresse des novices, à responsable locale, puis provinciale avant d’œuvrer au généralat à Paris, pendant 18 années, elle est revenue au Canada. Elle est actuellement responsable locale des sœurs aînées et économe pour le territoire. Elle poursuit son travail apostolique à Montréal et à Sudbury.

La rencontre a suscité de nombreux échanges avec les personnes présentes. Les discussions se sont poursuivies à la période de collation suivant la présentation. Rappelons que cette activité « rencontre-conférence s’inscrit dans le cadre du programme d’activités annuelles du Comité de loisirs de la Maison Jésus-Marie, sous la responsabilité des sœurs Maryse Moisan et Gisèle Lalande.

Reportage photos – Crédit photo Sr Gisèle Lalande

Les SNJM du Québec ont voté sur la prise de position collective en faveur des personnes immigrantes et réfugiées

La crise actuelle de la migration humaine où des millions de personnes sont déplacées nous touche et nous invite, en tant qu’individu et congrégation, à prendre position en faveur de l’accueil des personnes migrantes et réfugiées.

C’est dans ce contexte que le Comité SNJM Justice et Paix du Québec a préparé un processus conduisant à l’adoption ou non d’une prise de position collective en faveur des personnes migrantes ou réfugiées. Une prise de position collective est la réponse de toute la Congrégation à une situation qui touche des milliers de personnes à travers le monde. Elle découle de la prière, de la recherche et d’échanges.

Un processus rigoureux

Ainsi, le 4 février la rencontre avec Monsieur Jacques Morin, personne-ressource, marquait la première étape de ce long processus. Du matériel didactique commun à l’ensemble de la congrégation a ensuite été distribué pour nourrir la réflexion personnelle et les échanges dans les groupes communautaires.

Au cours du mois de mars, des rencontres éclairantes, vécues dans les quatre grandes résidences, ont permis aux sœurs et aux personnes associées qui le désiraient de partager, de prier et d’exprimer leur intention de soutenir ou non le texte de prise de position en faveur des personnes immigrantes et réfugiées.

Ainsi, le groupe anglophone a choisi de vivre cette démarche à l’occasion d’une journée organisée pour célébrer la fête de Saint Patrick. Quatre rencontres ont eu lieu respectivement  à la Maison Jésus-Marie, à la Résidence Sainte-Émélie,  à la Maison de la Congrégation et à la Résidence Marie-Rose-Durocher.

Un temps de réflexion stimulant

La démarche des rencontres permettait à chaque personne participante de se rappeler une expérience où elle s’était sentie étrangère et une autre où elle avait accueilli une personne étrangère. Les échanges en petits groupes, ou deux par deux, ont été enrichissants.

Des références au document d’information remis en février ont décrit certaines situations vécues dans les provinces SNJM ou secteur. Le texte de la rencontre de Jésus avec la Samaritaine a montré des valeurs bibliques inspirantes. Un temps de silence et de prière a précédé le vote.

Le  commentaire d’une  participante  résume bien le climat et l’intensité des rencontres :

« Une rencontre d’une grande qualité m’a permis d’approfondir ma  réflexion sur la situation des peuples en migration; de me sensibiliser davantage aux besoins et aux droits des personnes touchées; de reconnaître la part d’engagement déjà prise dans la province (familles parrainées).

« Je suis convaincue qu’ensemble, par une prise de position collective, nous pouvons nous stimuler et décupler notre force de frappe.

« Je me souviens avec admiration de Mère Marie-Rose accueillant de jeunes immigrantes irlandaises dans les années 1845… »

Résultats dévoilés prochainement

Le résultat du vote des sœurs et du vote indicatif des personnes associées sera transmis aux membres de l’Équipe de leadership de la congrégation d’ici le 10 mai. Ces dernières feront alors connaître le résultat de tous les votes venus des provinces et du Secteur-Missions confirmant l’adoption ou non de cette prise de position.

Que cette expérience nous voit toujours plus engagées à être témoins du message évangélique dans la reconnaissance de toutes personnes comme enfants de Dieu, et toutes prêtes à poser des gestes d’ouverture et des actions significatives envers la personne réfugiée ou immigrante. 

Reportage photos des divers groupes – Crédit photos Sr Gisèle Lalande

Rencontre mémorable des sœurs et personnes associées anglophones

Les sœurs et personnes associées anglophones ont vécu une journée remplie de belles et bonnes choses, le 11 mars dernier, à la Maison de la Congrégation, à Longueuil. Elles ont ainsi pu joindre l’utile à l’agréable, en jumelant travail de réflexion et temps de prières, à un moment festif pour célébrer la Saint-Patrick.

La journée a débuté par une animation consacrée à la démarche en cours sur la prise de position en faveur des migrants et des réfugiés. Animée par Ingrid Lefort et Dorothy Guha, personne associée SNJM, cette partie de la rencontre a permis aux participants de réfléchir sur leurs perceptions et vécus avec les étrangers et de partager leurs expériences. Après ce temps d’échanges et de prières, les sœurs ont voté alors que les personnes associées ont fait connaître leur soutien au processus en cours.

Place aux célébrations et à un appui à Développement et Paix

La seconde partie de la rencontre se voulait festive à souhait afin de célébrer la fête des Irlandais (Saint-Patrick).  L’ambiance était déjà à la fête avec ces petites touches vertes ici et là, sur les vêtements ou dans la décoration de la salle. Au-delà de la collation, des chants et de la musique, il y a eu un temps de prière où l’on a profité de ce moment de recueillement pour recueillir les dons à Développement et Paix.

La rencontre s’est poursuivie avec un troisième élément important, soit celui de la réception du livret des Actes du Chapitre général 2016. Cette remise venait clôturer la rencontre de belle façon en rappelant tout le travail de réflexion effectué lors de cet événement qui avait lieu à Cornwall en 2016. La remise des Actes du Chapitre 2016 s’est effectuée en présence de Sr Lorna Cooney, conseillère générale et des membres de l’Équipe de leadership provincial, sœurs Denise Riel, Claudette Bastien et Beverley Wattling.

Découvrez le reportage photos ici – Crédit photos : Sr Pat O’Neill

Un appel à développer un art de l’attention et à voir l’étranger autrement

En cette période du Carême 2017, une journée de récollection a été organisée à la résidence Sainte-Émélie, le dimanche 26 mars dernier. Cette journée de ressourcement a rassemblé une cinquantaine de sœurs et de personnes associées. Elles ont vécu des moments d’intériorisation et de partages en petits groupes, jumelés à deux entretiens portant sur des aspects qui alimentent la flamme tout en s’inscrivant dans l’esprit des Actes du récent Chapitre général.  Une célébration eucharistique, lieu d’écoute de la Parole et de communion, tenue à la fin de l’avant-midi, a enrichi l’animation de cette journée.

Sœur Florence Vinet a eu la délicate mission de créer un climat d’intériorisation, de détente, d’attention et de visualisation pour bien débuter cette journée de récollection stimulante.

Être sensible à la réalité qui nous entoure

S’inspirant de l’évangile de la liturgie du jour sur la guérison de l’aveugle né (Jean 9,1-41), sœur Jacqueline Boudreau a animé le premier volet sous le thème « Dieu ne se révèle que dans la réalité qui nous entoure. »

Elle a développé sa présentation en trois points en amenant les personnes présentes à :

  1. Développer un art de l’attention
  2. Se laisser étonner
  3. Voir l’invisible, une expérience intérieure

Parlant de l’art de l’attention, sœur Jacqueline a rappelé que chacune avait une perception personnelle du réel et d’un événement. Cette perception peut s’avérer de nature « sensible », « affective », « intellectuelle » ou « spirituelle ». Elle permet « d’entrer dans la claire lumière. »

Pour le second volet « se laisser étonner », elle a invité l’assistance à regarder la nature, la beauté du monde qui nous entoure et à découvrir les divers aspects de la réalité. Elle a terminé son intervention en soulignant que « Dieu nous fait signe à travers le réel et nous présente son visage par l’entremise de notre réalité quotidienne » d’où l’appel à rester vigilantes pour apercevoir l’invisible.

Voir l’étranger autrement

Sœur Constance Létourneau a pris le relais pour le deuxième entretien portant cette fois-ci sur la présence des étrangers. Dans sa mise en contexte, elle a souligné les réactions de notre société envers les immigrants, particulièrement les musulmans où l’on constate la présence de préjugés tenaces, la publication de propos islamophobes, alimentés par les peurs et les divers signes visibles tels que les tenues vestimentaires.

Elle a rappelé que la foi est un don de Dieu, tel un cristal à plusieurs facettes. Chacune de ces facettes représentant une religion, il serait préférable « de laisser l’autre, être qui il est. » Consciente des défis imposés par cette présence de l’étranger, elle a insisté sur le fait que la tolérance et la bienveillance exigeaient un long apprentissage. « À l’école de Jésus et en fidélité à nos Actes du Chapitre de 2016, nous sommes appelées à pratiquer la bienveillance du regard afin de mieux accueillir l’autre, l’étranger. »

Une prière préparée par sœur Michelle Gouin sur le thème du regard « Ouvre nos yeux, Seigneur Jésus » a terminé dans la lumière, cette rencontre de récollection.

À la fin de la journée, avec chaleur et délicatesse, sœur Jacqueline Boudreau a proposé à l’assemblée d’offrir une bénédiction aux sœurs de la résidence Sainte-Émélie qui vivent un grand bouleversement. Chacune a reçu des mains des membres du comité d’animation spirituelle, une petite lumière avec le souhait : « Que vous soyez lumière, là où l’on vous envoie ».

La présentation matérielle des textes, le choix des pièces musicales et l’accueil « bienveillant » des sœurs de la résidence Sainte-Émélie ont apporté un soutien fraternel de qualité à cette journée de récollection fort appréciée des participantes.

Consultez l'album photos - Crédit photos Sr Claudette Bastien

Se « donner un temps de grande fête intérieure » …

« Je viens tout simplement vous souhaiter un carême de grande joie intérieure. » C’est par ces quelques mots que Madeleine Joly, directrice musicale de l’Octuor Gouzes de Joliette, a débuté son allocution avant de présenter un concert empreint de calme et sérénité.

« Ferme ta porte, car le Seigneur aime parler à ton cœur dans le silence…Parfume-toi, dit le prophète, car c’est pour une fête que Dieu t’appelle. » En poursuivant son intervention, Madame Joly a donné le ton en ajoutant « Pour moi, c’est ça le carême : un temps de grande fête intérieure, temps de resserrement de notre alliance… »

Planifié dans le but de compléter la retraite de quatre jours, prêchée à la Maison Jésus-Marie, la semaine précédente, par le Père Michel Hébert, Eudiste, ce concert a été très apprécié par l’auditoire attentif et recueilli. « Les nombreuses années d’études théologiques et bibliques de Madame Joly contribuent à en faire un chef de chœur qui suscite une grande joie spirituelle », a souligné Sr Maryse Moisan, responsable de la tenue de cette activité.

Le récital était composé d’une quinzaine de chants sacrés du compositeur André Gouzes. Il a été présenté en deux blocs avec une courte intermission. Parmi les chants entendus, on retrouvait « Vous tous qui avez soif », « Ouvre mes yeux, Seigneur Jésus », « Tu nous rassasies de bonheur en ta maison » pour se conclure avec « Bénis sois-tu, Seigneur Jésus, toi, notre Pâque éternelle. » Le chœur a bénéficié également du talent de l’accompagnatrice, Lise Boucher.

Rappelons qu’André Gouzes est considéré comme l’artisan d’un renouveau du chant liturgique. Ce religieux dominicain français et musicien est l’auteur prolifique de nombreux chants liturgiques chrétiens. « Il est l’un des rares compositeurs contemporains à conjuguer tradition harmonique et modernité du langage », peut-on lire sur Wikipédia. Il a créé un corpus liturgique de plus de 3000 pages en français, intitulé « Liturgie chorale du Peuple de Dieu ». Ce dernier a été traduit en de nombreuses langues.

Bref, ce concert axé sur l’intériorité, a créé une ambiance de recueillement et réchauffé le cœur de l’assistance. Une belle façon d’entreprendre le carême 2017.

Consultez l’album photos | Crédit photos Sr Gisèle Lalande

Missionnaire un jour, missionnaire toujours!

41 années vécues en mission à l’étranger ne changent pas le monde mais cela demande une grande capacité d’adaptation, surtout lorsqu’on revient au pays après une si longue absence. Même si elle a dû reprendre des cours de français à son retour au Québec, Sr Nicole Grégoire, montréalaise d’origine, n’a pas tardé à reprendre le flambeau, comme en fait foi sa conférence, tenue le 22 février dernier, à la Maison Jésus-Marie, à Longueuil.

Membre de la congrégation Sœurs missionnaires Notre-Dame d’Afrique, aussi appelées Sœurs blanches d’Afrique, Sr Nicole a parlé avec enthousiasme, de son rôle de productrice de documents vidéo avec l’aide de bénévoles. L’expérience réussie en Afrique avec un groupe de croyants de confessions religieuses diverses (juive, musulmane, …) l’a d’ailleurs incitée à reprendre le collier au Québec. Il faut mentionner qu’elle a produit avec son groupe, quelque 46 vidéos religieuses pour des télévisions nationales et privées de plusieurs pays africains.

Formation de catéchètes et d’agent-e-s de pastorale

Très engagée dans la formation des catéchètes et des agentes et agents de pastorale, elle s’est vue confier la tâche de mettre sur pied la Commission pastorale de catéchèse de la Tanzanie. En parallèle, elle a donné de multiples séminaires de formation aux laïques, religieuses, religieux, prêtres indigènes et missionnaires dans tout le pays.

Co-auteure d’une série de 32 volumes sous le titre « Africa : Our Way » avec le Père Michael McGrath, Sr Nicole a participé activement à une première mission d’évangélisation auprès d’une tribu nomade de gardiens de troupeaux d’Afrique orientale, connue sous le nom de « Barbaigs ».

Sa maîtrise du swahili et de l’anglais lui permettra de poursuivre son travail de formation dans plusieurs autres pays d’Afrique anglophones. Ainsi, elle sillonnera le Kenya, l’Ouganda, le Mallawi, la Zambie, le Ghana, le Nigéria, le Botswana et la Namibie, sans oublier ses nombreuses incursions pendant quatre ans, aux Philippines.

Un site Web de réflexion et d’inspiration

De retour au Québec aujourd’hui, Sr Nicole propose ses services en animation de retraite et de journées de réflexion un peu partout dans la province. Elle donne également des séminaires de formation en catéchèse et en pastorale.

Consciente de l’omniprésence de l’univers numérique, elle a intégré un nouvel outil de communication : le site Web! Elle gère un site Web qui se veut un carrefour d’échanges. On y présente plusieurs capsules vidéo réalisées avec des bénévoles du diocèse Saint-Jean-Longueuil.

Outre tout son parcours, Sr Nicole Grégoire a parlé de sa congrégation religieuse, de ses origines qui remontent à Alger, en 1869. Rappelant quelques éléments historiques marquants, elle a fourni quelques informations sur les œuvres en cours.

Cette conférence à double volet a captivé complètement son auditoire. Les questions et les échanges se sont d’ailleurs poursuivis lors de la collation.

Consultez l’album photos – Crédit photos : Sr Gisèle Lalande

« Ouvrir les portes à la VIE pour garder la mission SNJM vivante jusqu’au bout! »

La célébration des anniversaires des sœurs et des personnes associés-es aux SNJM du Québec, le 18 février dernier, a fourni une opportunité rêvée pour procéder à la remise du livret des Actes du XXXIVe chapitre général de la congrégation. Reçu et perçu comme un cadeau significatif, ce livret aux couleurs d’espérance, porte une invitation stimulante avec ce thème évocateur « OUVRONS GRAND NOS PORTES ».

Fruit de la préparation au Chapitre de toutes les sœurs et personnes associées, les Actes contiennent les réponses aux besoins changeant de la communauté et du monde qui ont été discernées par les participantes lors du chapitre de l’été 2016. Ce dernier est l’équivalent d’un grand congrès se déroulant sur plusieurs jours, à tous les cinq ans.

Des appels à ouvrir des portes à la Vie

« En ce temps d’après chapitre, nous sommes invitées à poursuivre l’aventure avec l’Esprit », a mentionné sœur Denise Riel, animatrice provinciale lors de son intervention, avant de procéder à la remise officielle. « Les Actes du Chapitre éclatent d’appels à ouvrir des portes à la Vie et nous offrent un dynamisme pour garder la mission SNJM vivante jusqu’au bout. Quel beau cadeau de fête ! », a-t-elle ajouté avec enthousiasme.

Produit par les membres de l’Équipe de leadership de la Congrégation, ce livret est accompagné d’une lettre incitant à l’ouverture, à l’accueil et au travail en collaboration. « Ensemble, puissions-nous reconnaître que Dieu est là, tout près de la porte. Ouvrons grandes les portes de notre cœur. Ouvrons-les aux autres et au monde ».

Remise officielle

Après les activités reliées aux célébrations des anniversaires, les personnes présentes ont été invitées à recevoir leur livret des Actes du chapitre des mains des membres des Équipes de leadership de la congrégation et de la province de Québec. C’est ainsi que sœur Linda Haydock, supérieure générale, sœur Lorna Cooney, conseillère générale, sœur Denise Riel, animatrice provinciale, sœurs Claudette Bastien et Beverley Wattling, coordonnatrices provinciales, ont pu remettre les livrets aux personnes présentes.

La célébration s’est par la suite poursuivie par un engagement de toutes :

Nous nous engageons à continuer notre Aventure avec l’Esprit.

Que cet Esprit nous guide

À ouvrir des portes sur la vie

Et à révéler le visage accueillant de notre Dieu.

Un vibrant Alleluia a exprimé l’action de grâce.

Puis, une collation a réuni les participantes dans la convivialité et la bonne humeur.

Crédit photos - Sr Gisèle Lalande

Célébrer les anniversaires sous le thème « Chantons la vie »

C’est sous le thème « Chantons la vie » qu’au eu lieu la traditionnelle fête des anniversaires chez les Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie (SNJM). L’événement réunissant les sœurs et les personnes associées à la congrégation, s’est tenu à la Maison Jésus-Marie, le 18 février dernier.

Le ton a été donné dès l’arrivée dans le hall d’entrée. L’accueil de trois élèves du Collège Durocher-Saint-Lambert, la décoration de ballons et les présences de sœurs nombreuses invitaient à la joie et au partage.

Bouquets de chansons

Au programme de la fête, trois bouquets de chansons étaient offerts : chansons de joie, d’entrain, de couleurs, de vie, chansons connues depuis la plus tendre enfance des personnes. Chaque bouquet regroupait les mélodies selon le thème soit de la nature, soit des arts et de la culture, soit des relations.

Chaque thème était introduit par un court commentaire de membres du comité de préparation de la fête et invitait à un court échange entre les personnes présentes.

Surprise festive

Une surprise attendait le groupe : Madame Diane Plante, violoniste, ancienne élève de sœur Maryse Moisan, s’est présentée avec un groupe de ses étudiants. L’interprétation de valses connues a suscité de la joie, des fredonnements et quelques pas de danse. Ces jeunes musiciens ont apporté un vent de fraîcheur et de nombreux souvenirs à l’assemblée.

Le texte d’une prière, composée par Jacques Gauthier, rappelant la grâce qu’est chaque personne et le refrain « Halleluja » de la chanson de Leonard Cohen ont conclu avec justesse ce temps de fête communautaire.

Encore une fois, le comité organisateur a fait preuve de créativité pour apporter une touche distinctive à cette fête traditionnelle chez les SNJM.

Consultez l’album photos

Crédit photos – Sr Gisèle Lalande

Autres articles récents dans la section Chez-nous
Fête des jubilaires 2017 : Vivre en enfants de lumière
Partir à la découverte des Petites Sœurs de l’Assomption avec S. Cécile Héon
Les SNJM du Québec ont voté sur la prise de position collective en faveur des personnes immigrantes et réfugiées
Rencontre mémorable des sœurs et personnes associées anglophones
Un appel à développer un art de l’attention et à voir l’étranger autrement
Se « donner un temps de grande fête intérieure » …
Missionnaire un jour, missionnaire toujours!
« Ouvrir les portes à la VIE pour garder la mission SNJM vivante jusqu’au bout! »
Célébrer les anniversaires sous le thème « Chantons la vie »
La poésie kasàlà ou l’art de célébrer la vie dans la personne