Chez-nous

Histoires d’amour avec les SNJM

Le 14 octobre dernier, Lorraine Prieur, pianiste et son conjoint, Luc Saucier, basse, ont donné un concert à la Maison Jésus-Marie sous le thème « Histoire d’amour ». Thème pour le moins approprié en cette année des 175 ans des SNJM avec qui, les deux artistes entretiennent une belle et profonde relation d’amitié.

Ces anciens élèves des sœurs Maryse Moisan et Huguette Désourdy ont présenté un programme romantique varié où l’on retrouvait des pièces pour piano seul ou avec chant et un moment de cornemuse. Au menu, des pièces de Scarlatti, Chopin, Schubert, Berlioz sans oublier Léo Ferré, Lionel Daunais, Gilles Vigneault, Richard Desjardins et Jean-Pierre Ferland. 

Passionnés par leur art, les deux artistes ont su entrainer l’assistance dans leur voyage romantique, agrémenté de commentaires et même d’un chant « spirituals »! Une prestation donnée avec amour pour rendre hommage aux Sœurs des Saint Noms de Jésus et de Marie, par qui, leur propre parcours dans le milieu des arts et la culture a été rendu possible avec un accompagnement attentionné et un enseignement de qualité.

Des artistes renommés

Lorraine Prieur, élève de Sr Maryse Moisan se souvient de ses premiers pas en musique avec émotion. Elle rappelle l’importance du soutien et des encouragements constants des SNJM à son égard. Aujourd’hui, cette pianiste de renom et pédagogue à son tour, a fondé le Concours MDA-Québec, concours pour rendre hommage à la musique québécoise, tant ses compositeurs, ses éditeurs que ses interprètes. Elle a écrit et poursuit son travail d’écriture de petites pièces pour piano intitulées « Les petites pièces de Victoria. »

Celle qui fait ses débuts au Carnegie Hall de New York en 1966, a été soliste à plusieurs reprises au sein de plusieurs orchestres sous la direction de chefs réputés dont le Maestro Wilfrid Pelletier. Elle a joué sur plusieurs scènes nationales et enseigné au Conservatoire de musique de Montréal pendant plus de 25 ans.

De son côté, Luc Saucier présente une feuille de route toute aussi impressionnante. Calligraphe de métier depuis 30 ans, il a obtenu sa maîtrise en chant de l’Université Laval sous la direction de Michel Ducharme. Sa première prestation lyrique en 1991 a été suivie de nombreuses autres, notamment dans le rôle du Roi de Siam dans The King & I, en 1992. Choriste professionnel à l’Opéra de Montréal, il est aussi cornemuseur. Il fut d’ailleurs le premier à jouer de cet instrument sur la scène de l’Opéra de Montréal dans le cadre des représentations de Silent Night en mai 2015.

Ce passionné d’histoire et de culture a développé une solide expérience en animation l’amenant à présenter des émissions sur la chaîne culturelle de Radio-Canada et des concerts de la série Orford sur la route. Il dirige et anime encore aujourd’hui les concerts présentés au Salon de musique Alain Lefèvre de La Montée des Arts.

Photos reportage : Sr Gisèle Lalande

Une femme qui « allie bien la tête et le cœur » à la direction générale de la Maison Jésus-Marie

La nouvelle directrice générale de la Maison Jésus-Marie, madame Geneviève Grégoire, a été présentée aux Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie (SNJM), au retour du congé de la Fête du Travail.

Avant de dévoiler la feuille de route de cette gestionnaire chevronnée, sœur Denise Riel, animatrice provinciale, a souligné les nombreux liens de la famille Grégoire avec les SNJM au fil des années.  C’est ainsi qu’on a appris que la mère de Geneviève Grégoire a étudié à Saint-Lambert avant d’entreprendre une carrière d’enseignante au Pensionnat du Saint-Nom-de Marie, pendant de nombreuses années.

La sœur de la nouvelle directrice générale, Nicole, que plusieurs religieuses connaissent, a été enseignante avant de devenir directrice pédagogique au Collège Durocher-Saint-Lambert, jusqu’à sa retraite. Enfin, il faut signaler que les enfants des sœurs Grégoire ont effectué leurs études secondaires au Collège Durocher-Saint-Lambert.

Avec de tels liens, il va de soi comme l’a mentionné Sr Denise, que la nouvelle directrice générale, Geneviève Grégoire « nous porte déjà dans son cœur. »

Gestionnaire de carrière au grand cœur

Forte d’une solide expérience dans la direction générale d’organismes communautaires et de maisons d’hébergement, Geneviève Grégoire est une gestionnaire chevronnée qui possède des connaissances diversifiées en administration, en gestion, en planification et en évaluation.

Au cours de sa carrière, elle a également développé ses compétences et connaissances en gérontologie, en particulier avec les clientèles vulnérables. « C’est une femme qui allie bien la tête et le cœur », a mentionné Sr Denise Riel après avoir pris connaissance de sa lettre d’intérêt et l’avoir rencontré en comité de sélection.

Interpellée par les valeurs et la mission SNJM, Geneviève Grégoire saura mettre à profit ses compétences professionnelles et ses aptitudes relationnelles pour poursuivre le travail amorcé, croit Sr Denise Riel. Elle a ajouté que la nouvelle directrice générale saura créer et alimenter « un milieu de vie où se vivent au quotidien, le respect, l’autonomie et la dignité de chacune » tout en ne perdant pas de vue, bien entendu, le bien commun.

« Bienvenue et beaucoup de bonheur avec nous, madame Grégoire », a conclu l’animatrice provinciale lors de sa présentation qui a été suivie de quelques échanges avant et après la célébration eucharistique du jour.

Photos reportage – Sr Gisèle Lalande

Autres articles récents dans la section Chez-nous
Histoires d’amour avec les SNJM
Une femme qui « allie bien la tête et le cœur » à la direction générale de la Maison Jésus-Marie
Un concert enlevant sous les rythmes latins avec l’ensemble Harpissimo-Québec
Un spectacle d’enfants sous le signe de la bonne humeur et de la joie de vivre
Belle marque de reconnaissance aux SNJM par l’Orchestre symphonique de Longueuil (OSDL)
Retour poétique sur l’histoire d’un naufrage oublié
Octuor à cordes et chorale au programme de la Maison Jésus-Marie
Une saison de concerts bien chargée à la Maison Jésus-Marie
Un hommage à des « femmes de cœur et de passion »
La Famille Marie-Jeunesse à un tournant de son histoire