Actualités

20e édition du Concert du Printemps le 10 juin

Dans le cadre de la série Portée pédagogique, l'Orchestre symphonique de Longueuil (OSDL) et la Commission scolaire Marie-Victorin (CSMV) présentent la 20e édition du Concert du Printemps en collaboration avec les Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie du Québec, le dimanche 10 juin à 14 h 30 à la Maison symphonique de Montréal. 

Près de 500 élèves du primaire et plus de 150 élèves de la chorale et de l’orchestre des jeunes de l’école secondaire Saint-Edmond se produiront avec l’OSDL. Ce concert permet aux élèves d’explorer un répertoire varié touchant différents styles musicaux et différentes époques, mais aussi de vivre une expérience exceptionnelle alors qu’ils partageront la scène avec des musiciens professionnels sous la direction du maestro Marc David. De plus, le public aura le plaisir d’entendre la jeune violoniste Gianina Carpio Alayo et sa professeure Martine Michaud qui interpréteront le Concerto pour deux violons de Vivaldi.

Les quinze écoles primaires participantes : Commissions scolaires Marie-Victorin (Adrien Gamache, Brossard secteur C, Carillon, De la Mosaïque, De la Rose-des-Vents, Des Petits-Explorateurs, Du Tournesol, Félix-Leclerc, Gentilly, Georges-P-Vanier, Lajeunesse, Paul-Chagnon et Rabeau) des Grandes-Seigneuries (De la Petite-Gare), des Patriotes (Antoine-Girouard).

La Portée pédagogique mise sur pied en 1999 en collaboration avec la CSMV et offerte à toutes les commissions scolaires de la Rive-Sud élargie, poursuit son double objectif qui est d’une part, initier les jeunes au trésor de la musique classique et d’autre part, contribuer à la persévérance scolaire.  À ce jour, plus de 100 000 élèves de la Montérégie ont profité de cette initiative.

Le Concert du Printemps en quelques chiffres depuis 20 ans

Près de 5 000 élèves participants à titre de choristes, de 4 à 15 écoles impliquées selon les années et une assistance totale de plus de 16 000 personnes.

La musique, une valeur importante pour les SNJM du Québec

L’encouragement et le soutien à l’apprentissage de la musique des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie (SNJM), remonte à sa fondation, voilà 175 ans. En effet, première congrégation féminine enseignante d’origine canadienne, dédiée initialement à l’éducation des filles dans les campagnes, elle a intégré l’enseignement de la musique dès les premières années de sa création, à Longueuil. Le rôle des SNJM s’est accentué au fil des ans pour les amener à fonder l’École supérieure de musique d’Outremont devenue l’École de musique Vincent-d’Indy. Aujourd’hui, les sœurs SNJM du Québec, avec la collaboration des personnes associées, de laïques consacrées et de bénévoles, poursuivent leur engagement en musique, en éducation et en justice sociale.(Consultez le message des SNJM dans le programme officiel en téléchargeant le PDF ci-dessous).

La Commission scolaire Marie-Victorin

La CSMV offre des services éducatifs à la population des villes de Brossard, de Saint‑Lambert et de Longueuil (arrondissements de Greenfield Park, de Saint-Hubert et du Vieux-Longueuil). Elle scolarise annuellement plus de 36 500 élèves, ce qui la positionne parmi les plus importantes commissions scolaires au Québec. La clientèle issue de l’immigration représente 52 % de la population scolaire et provient de 80 pays. 31,1 % des élèves n’ont pas le français comme langue maternelle. Par ailleurs, la CSMV est l’un des plus importants employeurs de la Rive-Sud avec ses 4 319 employés réguliers qui contribuent à sa mission éducative. Elle gère un budget de plus de 420 millions de dollars.

Le Concert du Printemps

Dimanche 10 juin 2018 à 14 h 30

Maison symphonique de Montréal

1600, rue Saint-Urbain, Montréal

Billetterie de la PDA: 514 842-2112 ou sur www.placedesarts.com

Billets également disponibles le jour du concert sur place

22 $ (régulier) et 15 $ (enfant 12 ans et moins)

À votre rencontre !

L’Orchestre symphonique de Longueuil a été fondé en 1986 et regroupe 52 musiciens professionnels. Sa mission est de produire des événements musicaux innovateurs, qui démocratisent l’accès à la musique symphonique partout en Montérégie. Pour plus d’information, visitez le www.osdl.ca. Suivez-nous sur Facebook.

Dunton Rainville avocats | Présentateur de la saison 2017-2018

L’Orchestre symphonique de Longueuil remercie ses subventionnaires : la Fondation Orchestre symphonique de Longueuil, le Conseil des arts et des lettres du Québec, l’agglomération de Longueuil ainsi que le Conseil des arts du Canada.

Photo Orchestre symphonique de Longueuil - Denis Germain

À la conquête d’une partie de notre histoire et de notre patrimoine

Samedi 26 mai – portes ouvertes à la Maison de la Congrégation des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie (SNJM)

Saviez-vous que la plus vieille maison originale de la rue Saint-Charles à Longueuil, habitée par un forgeron taillandier, est située sur le site patrimonial des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie (SNJM)? Seriez-vous capable de reconnaître une pierre d’eau extérieure?

Voilà quelques-uns des éléments que vous découvrirez en vous inscrivant à la visite guidée du parcours patrimoine (durée 1 heure), offerte à 10 h 15 et à 13 h 15, lors de la journée d’activités gratuites grand public de type portes ouvertes, le samedi 26 mai.

Les amateurs d’histoire et de patrimoine auront droit à une visite extérieure du site patrimonial où s’entremêleront des notions d’architecture, d’archéologie et de mystère entourant la disparition du ruisseau Saint-Antoine.  En cas de pluie, cette visite se transformera en présentation imagée à l’intérieur. Inscription obligatoire.

Une bouffée d’air frais spirituel

En plus du volet patrimonial, la programmation de cette journée ouverte à tous, prévoit deux autres parcours thématiques où il faudra s’inscrire pour pouvoir y participer. Ainsi, en cette semaine anniversaire rappelant la béatification de mère Marie-Rose (23 mai 1982), une présentation commentée sur la démarche menant à cette consécration par l’Église catholique sera donnée (durée 45 minutes). On abordera de nombreux aspects dont le travail de recherche, le miracle, le procès et les nombreuses faveurs toujours demandées à la fondatrice des SNJM. Deux représentations sont prévues, à 10 h 30 et à 13 h 30. Inscription obligatoire.

La pause spirituelle se tiendra quant à elle dans la magnifique chapelle, construite en 1846. Sur le thème de la présence, une démarche simple d’intériorisation sera proposée pour « regarder la chapelle avec les yeux de mère Marie-Rose. » Ce volet, d’une durée de 30 minutes, se veut une bouffée d’air frais spirituel dans le contexte de nos vies trépidantes actuelles. Pour la circonstance, la chapelle sera dédiée cette journée-là, uniquement à des moments de recueillement, en dehors des deux pauses spirituelles animées prévues à 11 h 30 et à 14 h 30. Inscription obligatoire.

Visites commentées et pique-nique

En parallèle à ces parcours, des visites commentées du Centre Marie-Rose (musée), de quelques pièces historiques et de la maison de Fondation seront possibles. Les visiteurs pourront également profiter de l’exposition d’archives Éduquer pour libérer pour découvrir la diversité des œuvres sur trois continents de la congrégation fondée par la bienheureuse Marie-Rose Durocher.

Cette journée d’activités pour tous, axée sur l’histoire et le patrimoine, se déroulera de 10 h à 12 h et de 13 h à 16 h, à la Maison de la Congrégation (ancien couvent de Longueuil), située au 80, rue Saint-Charles Est, à Longueuil. Si la température le permet, les visiteurs pourront pique-niquer sur le site ou au parc de la Baronnie, situé en face de la Maison.

Organisée pour commémorer les 175 années de la congrégation, cette journée d’activités gratuites offre une belle occasion de reprendre contact avec notre patrimoine et notre histoire collective tout en découvrant quelques-unes des particularités de cette première communauté religieuse féminine enseignante fondée par une Canadienne.

Célébration

Une célébration eucharistique commémorant la béatification de Marie-Rose Durocher se tiendra à la cocathédrale Saint-Antoine-de-Padoue, à 16 h 30. Elle complètera ainsi la programmation de cette journée importante aux couleurs des 175 années des SNJM.

Rappelons que cet événement fait partie de la série Journée histoire et patrimoine de la Ville de Longueuil qui profite de l’entente de développement culturel.

Pour les trois volets nécessitant une inscription obligatoire, il faut contacter le 450 651-8104, poste 0 ou par courriel à reception@snjm.org. Pour tous les autres aspects, tous sont bienvenus le 26 mai prochain. Entrée gratuite.

Consultez le fichier PDF ci-dessous pour connaître la programmation complète­

Connaissez-vous le projet éducatif « Que grillons-nous pour souper? » du collège Durocher Saint-Lambert?

Sur l’initiative d’une professeure en sciences et technologie de l’environnement, les élèves du collège Durocher Saint-Lambert peuvent en découvrir davantage sur l’entomoculture et l’entomophagie. C’est dans le cadre du projet La Grillonnerie des Amis de l’Insectarium de Montréal qu’a vu le jour cette ferme de grillons en milieu scolaire. Une seule autre institution scolaire participe également à ce projet novateur.

Cette initiative originale, qui « pique » la curiosité et en fait sourciller plus d’un, a fait l’objet d’un reportage dans le journal régional Courrier du Sud. Le projet lancé en février dernier devrait permettre aux audacieux de « déguster » le produit de leur nouvelle culture, ces prochaines semaines…

Si l’on se fie aux propos du directeur de cette institution scolaire, fondée par les Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie (SNJM) au début du siècle dernier, le projet se poursuivra à la rentrée scolaire, en septembre.

Rappelons que l’entomophagie fait état de la consommation d’insectes par des humains. Plus de 1900 espèces d’insectes sont consommées dans de nombreux pays partout dans le monde. Cette consommation n’est toutefois pas encore entrée dans les mœurs en Amérique du Nord. Les choses pourraient toutefois changer en tenant compte des nombreux avantages environnementaux, sociaux et des bénéfices pour la santé humaine.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (consultez le fichier PDF ci-dessous), l’entomoculture et l’entomophagie constituent, une alternative alimentaire et une façon de créer et revitaliser la culture alimentaire locale avec de moindres impacts environnementaux.

Vous pouvez également consulter le communiqué émis lors du lancement du projet du collège Durocher Saint-Lambert ici.

Lancement d’un album de chansons écrites par les enfants

La Maison des enfants Marie-Rose de Beauharnois a procédé au lancement d’un album de chansons entièrement écrites et chantées par les enfants, le 29 mars dernier. Ce second album intitulé Le printemps des enfants compte 14 pièces inédites.

Le lancement effectué au Centre communautaire de Beauharnois a réuni parents et amis de la Maison des enfants et bon nombre de personnalités du milieu. Les invités ont eu droit à une performance en direct des enfants impliqués dans le projet. Accompagnés de l’orchestre MISC, ils en ont épaté plus d’un par leur aplomb et leur enthousiasme.

Ce projet d’album a été réalisé sur une période de quatre mois, entre mai et août 2017. Il a nécessité une répétition hebdomadaire de 20 minutes par enfant. Tous les textes ont été écrits par les enfants. Dans certains cas, ce sont des compositions intégrales (pistes 5,9,10 et 11) alors que dans d’autres, une adaptation a été effectuée par Philippe Leduc, celui-là même qui a composé les musiques et réalisé le disque.

Un album criant de vérité

Contrebassiste de Kio Pelgag et du trio jazz MISC, Philippe Leduc a créé des mélodies accrocheuses qui donnent du relief aux textes des enfants. Ces derniers abordent des sujets crus et authentiques qui peuvent parfois déstabiliser. Les quelques imperfections des voix des enfants d’affectent pas l’écoute de l’album. Au contraire, elles ajoutent du réalisme et un accent de vérité à leurs propos.

La pièce « Arc en ciel magique » s’avère un véritable vers d’oreille tandis que la chanson « Papa » est renversante par son message. Les premiers commentaires soulignent l’appréciation générale.  Certains se sont dit enchantés et parfois bousculés par la vision du monde des enfants. L’album est disponible à l’écoute et en vente dès maintenant en cliquant ici.

Rappelons que la Maison des enfants Marie-Rose est un organisme à but non lucratif (OBNL) dédié à l’initiation aux arts et à la musique des enfants de 5 à 12 ans.  Depuis sa fondation en 2007, l’organisme a confirmé la valeur de son approche. L’organisation d’activités culturelles jumelées à des formations structurantes à tous les jours après l’école contribue au cheminement personnel et scolaire des jeunes et renforcent leur capacité de résilience.

Pour en savoir davantage sur les services offerts par la Maison des enfants Marie-Rose et la campagne de financement en cours dans le but d’agrandir les locaux afin de répondre aux besoins de tous les enfants de la région, consultez le site Web.

Voir l'album-photos de l'événement - MDEMR

Ensemble pour la paix : une démarche de solidarité

Une activité de sensibilisation à l’importance du dialogue dans la construction de la paix a été organisée dans trois résidences des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie (SNJM). Cette campagne de Développement et Paix se déroule annuellement lors du carême pour favoriser un mouvement de solidarité, d’ouverture aux autres, de partage et d’engagement.

Animées par les sœurs Jeanne Dagenais et Phyllis Douillard et par Dorothy Guha, personne associée snjm, ces rencontres ont été conçues pour favoriser le dialogue intergénérationnel, intercommunautaire et interreligieux. Une jeune du groupe Unesco du Collège Durocher-Saint-Lambert, qui avait préalablement vécu une activité similaire avec sœur Dagenais, s’est jointe à l’équipe d’animation pour partager le résultat des réflexions des jeunes.

Débutant par quelques minutes d’intériorité pour écouter l’appel à la prière des sœurs et frères musulmans, la rencontre s’est poursuivie avec l’expression de souhaits de paix adressées à l’assemblée en plusieurs langues : français, anglais, créole, espagnol, sesotho et arabe.

Mise en situation de conflit

Cette année, le comité d’animation a choisi une mise en situation pour amener les personnes participantes à comprendre le rôle du dialogue dans la prévention et la résolution de conflits. Ces dernières ont ainsi été invitées à se mettre dans la peau de victimes d’évictions forcées, habitant Lagos au Nigéria.

L’assistance a été divisée en trois groupes. L’un représentait un promoteur immobilier désireux de construire des condos sur le bord de la mer pour développer le tourisme en misant sur les attraits de la plage.

Un second groupe symbolisait le gouvernement. C’est à ce dernier qu’incombe le choix de donner son accord ou non à un tel projet. Il peut faciliter la réalisation du projet du promoteur par des lois ou l’en empêcher.

Enfin, le troisième groupe représentait les citoyens qui tirent leur gagne-pain de la mer depuis des générations.

Bâtir la paix par le dialogue

Chaque groupe devait défendre son point de vue, peser le pour et le contre et amorcer le dialogue avec les autres groupes afin que les droits de chacun des groupes soient respectés. Tout un défi, comme l’ont réalisé les personnes participantes, qui n’est pas insurmontable, mais qui requiert réflexion, compréhension et respect.

Les aumônes de carême ont été recueillis dans un signe de solidarité avec les habitants du Nigéria.  Puis la rencontre s’est terminée par quatre prières pour la paix : une prière juive, une prière chrétienne, une prière amérindienne et une prière musulmane. Voir le fichier PDF ci-dessous pour découvrir ces prières.

Pour récupérer quelques éléments d’information de cette campagne de Développement et Paix

Photos reportage : Sr Gisèle Lalande et Sr Jeanne Dagenais

« Nous sommes et serons féministes tant qu’il le faudra! »

Dans le cadre de la Journée internationale des femmes, Lise Leduc, avocate, a prononcé un discours au Centre communautaire de Beauharnois où elle a rendu hommage à plusieurs femmes dont les Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie (SNJM). Nous reproduisons avec sa permission, quelques passages de son intervention, sous le thème « Nous sommes et serons féministes tant qu’il le faudra! »

On m’a invitée à venir vous parler en cette Journée de la femme, m’identifiant certes comme une femme dont le parcours de vie a pu naître d’une pensée féministe.  Je suis née en 1941 et je me suis éveillée à la vie dans l’enthousiasme, l’effervescence et la promesse de lendemains qui chantent des années d’après-guerre.  

Fille puinée d’une famille de 11 enfants, j’ai très tôt assumé la responsabilité précoce de « la grande sœur. »  J’ai eu la chance, devrais-je dire, privilège, d’avoir eu tout au cours de ma vie des femmes qui m’ont guidée, conseillée et aimée.  Un seul regard de tendresse a quelque fois suffi.

Héritage SNJM

C’est avec émotion que je pense aujourd’hui à mes professeurs, les religieuses des Sœurs des saints Noms de Jésus et de Marie, communauté ayant pris charge de l’éducation des filles à Beauharnois.  

Sans elles, je n’aurais pas connu l’importance du savoir, l’obligation d’apprendre davantage, de pousser plus loin, le bonheur d’apprécier la lecture, d’apprendre la musique, d’écrire et de parler notre belle langue et d’en être fière. Elles m’ont fait découvrir là où se trouvaient de véritables « pépites d’or », devenues davantage précieuses avec l’avancée en âge.  Je profite de l’occasion pour leur rendre hommage et les remercier.

Souvenir de femmes inspirantes

Il eut aussi parmi nous des femmes inspirantes qui ont ouvert des sentiers d’avenir, dont le passage dans la vie des citoyens de Beauharnois a changé des choses. La journée de la femme c’est aussi le moment de raviver le souvenir de ces femmes et c’est ce que j’ai choisi de faire.   Elles sont nombreuses, méconnues ou oubliées.  J’ai pu retracer le parcours de quatre d’entre elles maintenant disparues que j’ai personnellement connues et je ne résiste pas au désir de vous parler d’elles en témoignage de reconnaissance et en hommage pour ce qu’elles nous ont laissé.  

D’abord, permettez-moi d’avoir une pensée et remercier, s’il m’entend de là-haut, Yvon Julien, notre historien local qui a su conserver la mémoire d’ici. J’ai puisé dans ses brochures, livrets, livres, publiés au cours de près de trente ans, moultes informations sur   l’engagement de Cécile Godin et de Loretta Hudon Simard, citoyennes de Beauharnois dont on a honoré la mémoire en donnant leur nom, pour l’une au Centre Cécile-Godin et pour l’autre à la rue Loretta-Simard, autrefois nommée, rue Leduc dans l’arrondissement Maple-Grove. 

Je veux vous parler également de Rita Montpetit-Lefebvre, qui est à l’origine de notre bibliothèque municipale et d’Isabelle Labrecque-Paquette fondatrice du Regroupement des personnes handicapées, deux grandes bénévole, femmes inspirantes que nous nous devons de ne pas oublier.

« La mémoire est la seule immortalité pour les êtres qu’on a aimés. »*                                 

Rappelons que Madame Leduc a été la première présidente du conseil d’administration de la Maison des enfants Marie-Rose, fondée voilà plus de dix ans déjà. Elle a fait ses études à Beauharnois, tout d’abord dans les écoles Marie-Rose au primaire et à Jésus-Marie, au secondaire, avant d’entreprendre des études commerciales au Holy Names Business College, alors situé à la Maison-mère des SNJM, à Outremont.

Inscrite au programme de formation permanente du Collège Sainte-Marie, elle a accumulé des crédits pour l’obtention d’un baccalauréat ès-art. Admise à la Faculté de droit de l’Université de Montréal en 1978, elle devient membre du Barreau du Québec en 1984. Elle a pratiqué le droit jusqu’en 2015. En parallèle, elle a aussi été élue conseillère municipale de Beauharnois en 1974.

*tiré de Le Droit d’être rebelle – Marcelle Ferron

Démystifier le vieillissement et maintenir l’épanouissement de ses capacités cognitives

Conférence de Geneviève Ling

« Ce que j'ai retenu pour moi, entre autres, c`est que le cerveau possède trois mémoires différentes et que ce dernier a une capacité illimitée d'acquérir de nouvelles informations, voilà pourquoi, il est bon et nécessaire de le garder actif avec de nouveaux apprentissages à tout âge », a souligné l’une des nombreuses participantes à la conférence de Geneviève Ling, détentrice d’un baccalauréat en psychologie et une maîtrise en neuropsychologie.

Venue présenter une conférence en novembre et en février dernier aux sœurs et personnes associées, à la Maison de la Congrégation, Madame Ling est reconnue pour ses années d’expérience en évaluation, diagnostic et suivi sur divers troubles d’apprentissage chez l’enfant et l’adulte. Elle agit également comme conférencière et chargée de cours sur la mémoire et le vieillissement cognitif.

Alors qu’elle complète présentement une thèse de doctorat sur le traitement à domicile des personnes atteintes de maladie d’Alzheimer, de démence vasculaire ou de démence mixte, Madame Ling a présenté une théorie sur le vieillissement et un savoir-faire pour maintenir et épanouir les capacités cognitives.

Poursuivre ses apprentissages à tout âge

Malgré la complexité du sujet, la conférencière a su brosser un tableau serein d’une situation alarmante, avec l’augmentation du nombre de personnes dépassant le cap des 85 ans. À l’aide d’anecdotes et de mises en situation, Madame Ling a réussi à rendre accessibles les diverses notions liées aux problèmes cognitifs.

« Ce que je retiens en gros, c'est que notre cerveau est d'une importance capitale dans notre vie. Nous avons à en prendre soin autant que cela est possible, en tenant compte de notre génétique et de nos ressources personnelles », a mentionné une participante.

Une autre a, pour sa part, retenu ceci : « La théorie sur le vieillissement m’a permis de concrétiser, par des schémas et des explications, toute la complexité du cerveau. Celui-ci gère les fonctions cognitives (langage, mémoire, perception, planification). Lorsque l’on avance en âge, il se produit des effets normaux; une diminution du volume du cerveau, une diminution du flot sanguin, une diminution de l’hippocampe; ce qui entraîne une diminution de la mémoire et de la capacité d’engranger des connaissances. »

Pour une autre participante, la teneur des propos de la conférencière a été rassurante. « Avec l'âge, le cerveau peut fonctionner plus lentement, c`est normal, ce n'est pas nécessairement signe de démence, et il faut savoir suivre son propre rythme, tout en continuant de nouveaux apprentissages. »

Des trucs pour ralentir la détérioration du cerveau

Geneviève Ling a fourni quelques conseils pratiques importants pour empêcher le cerveau de se détériorer. En voici quelques-uns :

  • S’appliquer assidûment à faire des exercices physiques diminue de 38 % la possibilité de faire de la démence.
  • Opérer quelques changements dans nos habitudes, comme par exemple :  Changer notre menu au déjeuner.
  • S’impliquer socialement en entretenant des relations interpersonnelles, soient familiales ou amicales, gratifiantes.
  • Retenir une information au moins une fois par jour.
  • Porter une attention soutenue à un travail.
  • Surveiller notre alimentation en respectant le Guide alimentaire canadien.
  • S’appliquer à regarder notre environnement et notre monde avec un regard positif.
  • Jouer à des jeux (cartes, dés, bricolage, danse), etc.
  • Apprécier les gens avec qui nous vivons.
  • Écrire un livre ou nos mémoires.

À en juger les commentaires et les propos recueillis après la tenue de ces deux conférences, la conférencière a atteint son objectif. La richesse des interactions et le contenu ont été des plus enrichissants.

« Cette rencontre m’a donné plusieurs outils pour diminuer l’affaiblissement de mes fonctions cognitives. Comme aidante, j’ai pu acquérir une meilleure compréhension des effets de la démence chez les personnes qui en sont atteintes ou qui sont progressivement ‘’en perte de contact avec la réalité’’. » 

Autres articles récents dans la section Actualités
20e édition du Concert du Printemps le 10 juin
À la conquête d’une partie de notre histoire et de notre patrimoine
Connaissez-vous le projet éducatif « Que grillons-nous pour souper? » du collège Durocher Saint-Lambert?
Dernière chance de visiter l’exposition sur la Rébellion des patriotes : tableaux vivants
Lancement d’un album de chansons écrites par les enfants
Ensemble pour la paix : une démarche de solidarité
« Nous sommes et serons féministes tant qu’il le faudra! »
Démystifier le vieillissement et maintenir l’épanouissement de ses capacités cognitives
« Puissent nos vies en être renouvelées! »
Rétrospective de l’année 2017 - Des moments forts, émouvants et stimulants