Dans la section: En souvenir

Sœur Madeleine Philie

"Celui dont la puissance agit en nous est capable de faire bien au-delà de nos attentes." ( Ep.3, 20)
Le 7 août 2018, sœur Madeleine Philie,
en religion M.-Claire-de-l'Enfant-Jésus,
est entrée à la maison du Père.

Elle avait 93 ans dont 74 de profession religieuse.
Née à Valleyfield, Québec, elle était l'aînée des six enfants
 d'Antonio Philie et de Germaine Montpetit.

Madeleine naît un Jeudi Saint. Exceptionnellement, elle sera baptisée le lendemain. Elle grandit heureuse dans un foyer ouvert, accueillant et profondément croyant. Dès ses études terminées au Pensionnat de Valleyfield, à 17 ans, Madeleine entre au noviciat des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie qu'elle connaît bien: trois de ses tantes l'y ont déjà précédée.

De son noviciat, sœur Madeleine confie: "Les années les plus difficiles de ma vie! À l'exception des heures de chant, je n'éprouve qu'ennui, dégoût et froidure douloureuse de l'esprit et du cœur." A la prise d'habit, elle reçoit le nom de Claire-de-l'Enfant-Jésus, du nom de sa sœur cadette. Après cinq ans de profession temporaire, une semaine avant l'émission de ses vœux perpétuels, son père meurt subitement à l'âge de 46 ans, laissant son épouse avec quatre enfants aux études et un bébé de neuf mois. "Aucune sollicitation de retourner au foyer ne m'a ébranlée. Un oui pour toujours à Dieu fut prononcé et offert dans la foi, et même dans un bonheur profond: celui de ne pas m'être trompée!"

Pendant les 16 premières années de sa vie religieuse, sœur Madeleine enseigne aux enfants du cours primaire ou est maîtresse de discipline dans nos Pensionnats de Ste-Émélie, Marie-Rose et Outremont. Puis elle est nommée au secrétariat général comme responsable de la "Petite Chronique" de la maison mère. Pendant 10 ans, elle appréciera particulièrement rédiger les nécrologies de nos sœurs de langue française. Après un passage au secrétariat de Longueuil, elle sert comme supérieure locale au couvent de Longueuil.

Sœur Madeleine porte au cœur un désir : celui de vivre dans une maison de prière. Elle a 57 ans lorsque son rêve prend progressivement forme, d’abord à la maison Marie-Rose puis à Beloeil, Pie IX, et surtout St-François-d'Assise. Cette dernière est une maison d'accueil où le bréviaire se prie au complet et où des temps plus longs sont réservés à l'oraison silencieuse. Sœur Madeleine est responsable locale, quelques sœurs partagent le projet. On y accueille des personnes désireuses de vivre une retraite ou des jours de détente silencieuse avec le Seigneur. Sœur Madeleine fait de l'accompagnement spirituel et s'implique au niveau paroissial.  "Mon séjour de dix-huit ans à St-François-d'Assise, m'apparaît comme un apogée de bonheur dans le cours heureux de ma longue vie religieuse."

Accueillie au Centre Marie-Rose à Longueuil, responsable du courrier, sœur Madeleine  s'émerveille de la foi des gens en la puissance d'intercession, sur le cœur de Dieu, de la bienheureuse Marie-Rose Durocher. Le vieillissement poursuivant son œuvre de détachement, elle doit se retirer à l'infirmerie de la Maison Jésus-Marie où  elle demeure souriante et priante.

Sœur Madeleine, qui avait le don de l'écoute attentive, apaisante, ressourçante et la fraternité chaleureuse, a sûrement été reçue avec amour par le Dieu qu’elle a servie avec bonheur.

Autres articles récents dans la section En souvenir
Soeur Mary Ellen Collins
Sœur Denise Rivet
Sœur Madeleine Philie
Sœur Monique Robitaille
Sœur Claire Montcalm
Sœur Gilberte Brien
Sœur Rollande Latour
Sœur Louise Rolland
Sœur Rita St-Onge
Sœur Gisèle Daoust