Dans la section: Actualités

« Nous sommes et serons féministes tant qu’il le faudra! »

Dans le cadre de la Journée internationale des femmes, Lise Leduc, avocate, a prononcé un discours au Centre communautaire de Beauharnois où elle a rendu hommage à plusieurs femmes dont les Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie (SNJM). Nous reproduisons avec sa permission, quelques passages de son intervention, sous le thème « Nous sommes et serons féministes tant qu’il le faudra! »

On m’a invitée à venir vous parler en cette Journée de la femme, m’identifiant certes comme une femme dont le parcours de vie a pu naître d’une pensée féministe.  Je suis née en 1941 et je me suis éveillée à la vie dans l’enthousiasme, l’effervescence et la promesse de lendemains qui chantent des années d’après-guerre.  

Fille puinée d’une famille de 11 enfants, j’ai très tôt assumé la responsabilité précoce de « la grande sœur. »  J’ai eu la chance, devrais-je dire, privilège, d’avoir eu tout au cours de ma vie des femmes qui m’ont guidée, conseillée et aimée.  Un seul regard de tendresse a quelque fois suffi.

Héritage SNJM

C’est avec émotion que je pense aujourd’hui à mes professeurs, les religieuses des Sœurs des saints Noms de Jésus et de Marie, communauté ayant pris charge de l’éducation des filles à Beauharnois.  

Sans elles, je n’aurais pas connu l’importance du savoir, l’obligation d’apprendre davantage, de pousser plus loin, le bonheur d’apprécier la lecture, d’apprendre la musique, d’écrire et de parler notre belle langue et d’en être fière. Elles m’ont fait découvrir là où se trouvaient de véritables « pépites d’or », devenues davantage précieuses avec l’avancée en âge.  Je profite de l’occasion pour leur rendre hommage et les remercier.

Souvenir de femmes inspirantes

Il eut aussi parmi nous des femmes inspirantes qui ont ouvert des sentiers d’avenir, dont le passage dans la vie des citoyens de Beauharnois a changé des choses. La journée de la femme c’est aussi le moment de raviver le souvenir de ces femmes et c’est ce que j’ai choisi de faire.   Elles sont nombreuses, méconnues ou oubliées.  J’ai pu retracer le parcours de quatre d’entre elles maintenant disparues que j’ai personnellement connues et je ne résiste pas au désir de vous parler d’elles en témoignage de reconnaissance et en hommage pour ce qu’elles nous ont laissé.  

D’abord, permettez-moi d’avoir une pensée et remercier, s’il m’entend de là-haut, Yvon Julien, notre historien local qui a su conserver la mémoire d’ici. J’ai puisé dans ses brochures, livrets, livres, publiés au cours de près de trente ans, moultes informations sur   l’engagement de Cécile Godin et de Loretta Hudon Simard, citoyennes de Beauharnois dont on a honoré la mémoire en donnant leur nom, pour l’une au Centre Cécile-Godin et pour l’autre à la rue Loretta-Simard, autrefois nommée, rue Leduc dans l’arrondissement Maple-Grove. 

Je veux vous parler également de Rita Montpetit-Lefebvre, qui est à l’origine de notre bibliothèque municipale et d’Isabelle Labrecque-Paquette fondatrice du Regroupement des personnes handicapées, deux grandes bénévole, femmes inspirantes que nous nous devons de ne pas oublier.

« La mémoire est la seule immortalité pour les êtres qu’on a aimés. »*                                 

Rappelons que Madame Leduc a été la première présidente du conseil d’administration de la Maison des enfants Marie-Rose, fondée voilà plus de dix ans déjà. Elle a fait ses études à Beauharnois, tout d’abord dans les écoles Marie-Rose au primaire et à Jésus-Marie, au secondaire, avant d’entreprendre des études commerciales au Holy Names Business College, alors situé à la Maison-mère des SNJM, à Outremont.

Inscrite au programme de formation permanente du Collège Sainte-Marie, elle a accumulé des crédits pour l’obtention d’un baccalauréat ès-art. Admise à la Faculté de droit de l’Université de Montréal en 1978, elle devient membre du Barreau du Québec en 1984. Elle a pratiqué le droit jusqu’en 2015. En parallèle, elle a aussi été élue conseillère municipale de Beauharnois en 1974.

*tiré de Le Droit d’être rebelle – Marcelle Ferron

Autres articles récents dans la section Actualités
Lancement d’un album de chansons écrites par les enfants
Ensemble pour la paix : une démarche de solidarité
« Nous sommes et serons féministes tant qu’il le faudra! »
Démystifier le vieillissement et maintenir l’épanouissement de ses capacités cognitives
« Puissent nos vies en être renouvelées! »
Rétrospective de l’année 2017 - Des moments forts, émouvants et stimulants
Une petite touche SNJM à la pièce de Michel Tremblay chez Duceppe
Se sensibiliser à la traite humaine au quotidien
Un voyage en exil…
UN AUTRE REGARD SUR LA VIE RELIGIEUSE – Partie 2