Dans la section: Chez-nous

De missionnaire au Cameroun à l’Accueil Bonneau

Portrait d’une femme engagée : sœur Nicole Fournier

Figure bien connue de la scène montréalaise par son rôle au sein de l’Accueil Bonneau, sœur Nicole Fournier, de la congrégation des Sœurs de la Charité de Montréal, a captivé son auditoire lors de sa conférence le 13 janvier dernier, à la Maison Jésus-Marie.

Nommée Chevalière de l’Ordre national du Québec en 2006, celle qui a dirigé l’Accueil Bonneau pendant 22 ans, n’était pas à court d’éléments à raconter, bien au contraire. Curieuse de nature, désirant toujours approfondir ses connaissances, Nicole Fournier n’a pas cessé d’apprendre au cours de toute sa carrière.

Après avoir été institutrice à Québec pendant sept années, sœur Fournier est appelée à enseigner au collège de Mazenod, au Cameroun, en 1971. Elle se fait missionnaire pendant 13 ans et profite alors de son séjour, pour mieux connaître la culture et les mœurs de ce peuple africain.

Engagée dans la réinsertion auprès des personnes itinérantes

De retour au Québec, en 1984, sœur Nicole Fournier accepte d’aller donner un coup de main bénévole à la salle à manger de l’Accueil Bonneau. Elle devient rapidement la responsable des bénévoles. Puis l’année suivante, on la nomme directrice générale.

Pendant son mandat, elle a réussi à faire grandir cet organisme dédié à la réinsertion de personnes en situation d’itinérance ou qui risque de l’être. Lors de son départ en 2006, l’Accueil Bonneau comprenait quatre maisons d’hébergement, une salle de jour et un lieu de répit à la campagne. À cela s’ajoutent les services de repas, d’habillement, de pastorale et d’accompagnement psychosocial. Elle a eu à gérer également la reconstruction du bâtiment principal, situé dans le Vieux-Montréal, détruit en partie par une explosion en 1998.

Son rôle auprès des démunis et plus particulièrement des itinérants a suscité d’ailleurs beaucoup de questions de la part de l’auditoire qui a été captivé par ses expériences.

Tour d’horizon sur les Sœurs grises de Montréal

Joignant l’utile à l’agréable, sœur Nicole Fournier, ne s’est pas contentée de parler uniquement de son parcours de vie, même s’il est exemplaire. Elle a profité de l’occasion pour mieux faire connaître le charisme et les œuvres de sa congrégation des Sœurs de la Charité de Montréal, connue également sous le nom des Sœurs grises de Montréal.

Avec l’aide de photos dont plusieurs représentant des peintures, sœur Fournier a aussi retracé l’histoire de sa congrégation pour faire découvrir quelques faits méconnus. Bref, cette première conférence de l’année 2017 a rempli une double mission, soit celle de présenter un portrait de femme engagée, déterminée et active tout en partageant ses connaissances d’une communauté religieuse impliquée dans son milieu.

Rappelons que sœur Nicole Fournier est récipiendaire de plusieurs distinctions dont celle de « Grande montréalaise » et du Prix d’humanisme de l’Association des médecins psychiatres du Québec. Elle est reconnue pour la qualité de son engagement, sa bonté et sa générosité.

Consultez l’album photos – Crédit photos Sr Gisèle Lalande

Autres articles récents dans la section Chez-nous
La Maison Jésus-Marie à l’heure des « vendredis BBQ »!
Célébrations pour les 100 ans de Sr Gertrude Charlebois
Petit potager devenu grand…
Une rencontre de fin d’année bien remplie pour les associés-es du groupe Marylrose
Concert « Chœur et orchestre » - Des jeunes du primaire et du secondaire partagent leur passion pour la musique
Des invités spéciaux pour la fête de la Saint-Jean à la Maison de la Congrégation
Centenaire, Sr Thérèse Lemay maintient son régime de vie : « Prier, Aimer, Servir et Sourire à la vie. »
Les élèves de Ginette Cyr Charest ont conquis leur auditoire
Jardin de ville : c’est reparti à la résidence Marie-Rose-Durocher!
Concert de chants sacrés en hommage à Mère Marie-Rose